Thumbnail
 

Nos actualités

Retrouvez l’actualité de Salamandre AM

Suivez notre actualité

Le facteur Trump

Cela fait plusieurs semaines que les intervenants de marché se posent la question de savoir ce qui pourrait faire dévier les actions de leur trajectoire haussière et rectiligne ayant conduit à des progressions de 15% à 17% en seulement quatre mois. L’arrivée du mois de mai est venue renforcer l’attente comme l’illustre le nombre d’articles faisant référence au plus célèbre adage boursier « sell in may and go away ». Alors vendre, oui, mais pourquoi au fond ?

Tout a donc été passé en revue. Des difficultés du secteur industriel en zone euro, aux élections européennes à venir, en passant par l’absence de révision haussière des résultats des entreprises par les analystes. Pourtant, le facteur d’incertitude majeur qui guide les marchés depuis deux ans est resté le même, nous l’avions peut-être simplement oublié depuis quelques mois. Le facteur Trump.

La psychologie de M. Trump est ainsi faite que lorsqu’il se sent dans une bonne dynamique il se permet à peu près tout. Conforté par le retour du S&P 500 sur ses sommets, rassuré par une économie américaine qui tourne encore à plein régime comme l’illustre le très bon rapport sur l’emploi de vendredi (263.000 créations d’emplois en avril, taux de chômage à 3.6% au plus bas depuis 1969), Donald Trump a lâché les chevaux dimanche.

Contre toute attente, le président américain a annoncé le relèvement, dès ce vendredi, des taxes à l’importation de 10% à 25% sur 200 milliards de dollars de biens, puis potentiellement, à brève échéance, sur 325 milliards d’importations supplémentaires. Alors que la succession des rencontres bilatérales, ainsi que les déclarations mêmes de la Maison Blanche, laissaient entrevoir un accord entre Washington et Pékin, les deux tweets dominicaux de Donald Trump ont pour le moins surpris. Il faut certainement y voir la volonté américaine de peser dans la dernière ligne droite des négociations, notamment sur les sujets qui fâchent le plus, comme la mise en place de garanties concernant le respect de la propriété intellectuelle ou la fin de l’interventionnisme publique de Pékin. D’ailleurs, Donald Trump a lui-même justifié ces annonces par la lenteur des négociations côté chinois.

En attendant, sans surprise, les marchés financiers corrigent à l’ouverture ce matin, notamment en Asie et en Chine (-5.84% pour l’indice de Shanghai). Les baisses restent toutefois sous contrôle, le marché chinois clôturant loin des points bas de séance. Il est possible que des nouvelles rassurantes provenant des deux côtés – chinois et américain – arrivent dans les jours à venir pour expliquer que les négociations se poursuivent et qu’un accord est en vue.

En attendant, et quelle que soit l’issue des négociations commerciales, les investisseurs devraient garder en mémoire l’aspect contracyclique du facteur Trump et donc ne pas se réjouir trop vite des performances positives du S&P 500.