Thumbnail
 

Nos actualités

Retrouvez l’actualité de Salamandre AM

Suivez notre actualité

L'espoir d'une éclaircie

La première semaine de l’année, que nous venons de vivre sur les marchés, illustrera peut-être ce qui nous attend pour le reste de l’année. D’abord moroses et prolongeant la dynamique baissière de décembre (mercredi et jeudi), les marchés ont été portés vendredi par un vent d’optimisme justifié par des déclarations rassurantes du président de la FED, Jerome Powell.

Sur les trois premiers jours de janvier, l’Euro Stoxx 50 a ainsi progressé de +1.3%, le S&P de +0,3%. Rien n’est gagné pour autant. Les choses sérieuses commencent cette semaine avec le retour de congés de la plupart des intervenants de marchés.

L’année 2019 a donc commencé comme 2018 s’était terminée, c’est-à-dire avec des craintes sur la croissance chinoise alimentées par la poursuite de la dégradation des indicateurs avancés et notamment le passage sous 50 de l’indice Manufacturier PMI Caixin, au plus bas depuis mai 2017. L’annonce, vendredi, par la Banque centrale de Chine d’une nouvelle baisse de 1% du taux de réserve obligatoire a cependant rassuré les investisseurs.

Le second foyer de crainte – l’évolution de la croissance US – a également trouvé vendredi une évolution positive. Le rapport sur l’emploi pour décembre est globalement positif avec 312K créations d’emplois (184K attendues) et une augmentation du taux de participation au marché du travail (63.1% contre 62.9% en novembre) qui est venue justifier l’augmentation du taux de chômage à 3.9% (3.7% en novembre). Enfin, Jerome Powell a rassuré sur sa flexibilité après son intervention mitigée de décembre qui avait laissé craindre à certains un manque de pragmatisme de la FED vis-à-vis du risque de ralentissement économique. Le président de la FED, lors d’une conférence à Atlanta, a ainsi déclaré être « toujours préparé à changer le cours de sa politique monétaire de façon significative si nécessaire ». Jerome Powell a également précisé qu’il ne démissionnerait pas, même si le président Trump, le lui demandait. Cette dernière déclaration fait écho aux vives critiques formulées par le locataire de la Maison Blanche et rassure dans un contexte économique troublé où la stabilité des institutions est fondamentale pour ne pas contribuer à l’incertitude actuelle.