Thumbnail
 

Nos actualités

Retrouvez l’actualité de Salamandre AM

Suivez notre actualité

Pas d'indigestion en vue ?

Tout comme les petits (et grands) enfants pour les chocolats de Pâques, les investisseurs semblent maintenir leur appétit pour les actifs risqués.

Une forme de quiétude règne ainsi sur les marchés et les indices actions, tant européens (+1.4% pour l’Euro Stoxx 50 la semaine passée soit +16.6% depuis le début de l’année) qu’américains (+1.5% pour le S&P 500 la semaine passée soit 15.9% depuis le début de l’année), qui continuent leur progression sans perturbation en vue.

La publication d’indicateurs PMI préliminaires en demi-teinte pour le mois d’avril n’a pas entravé la bonne marche des marchés. Le secteur manufacturier peine en effet à redécoller et reste impacté par les conséquences de la guerre commerciale, en décalage avec le secteur des services soutenu par une demande domestique plus robuste. Cette tendance est tout particulièrement vraie en Allemagne avec un PMI Manufacturier à 44.5 (vs 44.1 pour le mois dernier et 45 attendu) et un PMI Services à 55.6 (vs 55.4 pour le mois dernier et 55 attendu), ce qui a poussé le gouvernement allemand à réviser une nouvelle fois à la baisse ses prévisions de croissance pour cette année à +0.5% contre 1% en décembre. Si l’issue favorable ,tant espérée, du conflit commercial devrait permettre de faire repartir le secteur manufacturier, notamment en Allemagne, il ne faut pas oublier que la menace d’une taxation américaine sur le secteur automobile européen pourrait rapidement être la prochaine lubie du Président américain.

Donald Trump a d’ailleurs mis, une nouvelle fois, le feu au poudre ce week-end, en annonçant qu’il ne renouvellerait pas, le 2 mai prochain, les dérogations accordées aux acheteurs de pétrole iranien. Parmi ces pays, on retrouve la Chine qui devra donc stopper ses importations de pétrole (0,6 Mb/j en mars, soit près de la moitié des exportations totales de l’Iran) sous peine de nouvelles sanctions américaines et en pleine période de négociation sur le conflit commercial…

En Chine justement, les mesures prises par le gouvernement commencent à porter leurs fruits et viennent contrebalancer les effets de la guerre commerciale. L’Empire du Milieu a ainsi publié une série de chiffres encourageants qui ont surpris à la hausse les investisseurs. Notons notamment les bons chiffres de la consommation (+8,7% en rythme annuel vs +8,2% en février) et de la production industrielle (+8,5% vs +5,3%).

Si les incertitudes politiques, à ce stade atténuées (guerre commerciale, Brexit), restent le principal driver des marchés, la saison des résultats du premier trimestre pourrait servir de catalyseur à court terme.