Thumbnail
 

Nos actualités

Retrouvez l’actualité de Salamandre AM

Suivez notre actualité

Retour sur 2018 et perspectives pour 2019

Notre constat, en ce tout début d’année 2019, est que les investisseurs doivent faire face à une montée des risques portant sur l’économie mondiale consécutive à la montée des incertitudes (principalement politiques). Selon cette dichotomie (risque / incertitude) empruntée à Frank Knight (1921), les incertitudes politiques de 2018 (Brexit, Italie, Commerce) ont, par leur caractère durable, progressivement forcé les agents économiques à revoir à la hausse les risques pesant sur l’économie mondiale.

Pour faire simple, l’étude de la valorisation des actifs actions mais également la répartition du consensus de marché nous apprennent que les investisseurs attribuent actuellement une probabilité proche de 50% à une récession au cours des 18 prochains mois. La crainte de beaucoup d’investisseurs d’un retournement de cycle aux Etats-Unis semble prendre corps. Cette crainte, alimentée par la durée inhabituellement longue du cycle américain actuel (le second plus long de l’histoire), semble être, en partie, autoréalisatrice, compte tenu des inquiétudes des chefs d’entreprises US qui citent la volatilité actuelle des marchés comme un des premiers facteurs d’inquiétude.

En 2018, les investisseurs ont sous-estimé l’impact récessif des tensions politiques (au premier rang desquelles figure le conflit commercial sino-américain) en estimant, à tort, que l’impact serait limité et qu’un accord interviendrait rapidement. La réalité a été différente. La psychologie des agents économiques a été usée par la succession de mesures et de contre- mesures annoncées entre chinois et américains. Avec en arrière-plan l’accélération du cycle de resserrement monétaire US et une économie en haut de cycle, les tensions commerciales ont été le déclencheur parfait, comme en leur temps l’ont été la valorisation des actions technologiques (2000) et les subprimes (2007), pour justifier auprès des investisseurs le début d’un cycle baissier sur l’économie mondiale.

Pour autant, notre analyse de la situation pour 2019 est différente.

Nous pensons que le ralentissement actuel est un ralentissement cyclique pour des économies affichant encore des taux de croissance supérieurs à leur potentiel (US et Europe). Il n’y a donc rien de dramatique à ce que la croissance revienne sur son potentiel de long terme (1% en ZE et 2% aux US). Les économies développées bénéficient de facteurs positifs qui vont aider à la stabilisation de la conjoncture en 2019. Citons notamment le niveau très bas des taux d’intérêt, l’augmentation du pouvoir d’achat permise par la baisse du chômage, la baisse du prix du pétrole à 46$ contre 60$ il y a un an, la nécessité pour les entreprises d’investir du fait de TUC très élevés).

L’incertitude politique va rester la norme au cours des années à venir. Cela est dû à l’augmentation des inégalités de richesse au niveau mondial qui incite les perdants du système économique actuel à utiliser le seul droit qu’il leur reste encore, celui de voter et de changer le système économique qui ne leur profite plus.

Cependant, nous pensons que les investisseurs vont s’en accommoder et que, dans le cas présent, Trump sera incité à calmer le jeu avec la Chine, afin de ne pas risquer une récession en 2020 (année électorale).

Ainsi, après des premières semaines en 2019 qui rappelleront furieusement 2018, les marchés actions se stabiliseront, voire reprendront des couleurs, soutenus par la stabilisation d’indicateurs avancés qui écartera le risque de détérioration supplémentaire de la conjoncture.