Thumbnail
 

Nos actualités

Retrouvez l’actualité de Salamandre AM

Suivez notre actualité

Trump - Juncker : l'espoir d'une trêve estivale ?

La tendance du président américain, à tourner à son profit toute information publiée, peut parfois conduire les investisseurs à adopter un comportement, en première analyse, paradoxal. La publication, vendredi, de la croissance américaine pour le second trimestre, à un niveau record depuis quatre 4 ans (+4.1% en annualisée), a suscité un moment d’inquiétude parmi les investisseurs, à l’idée que conforté par une économie toujours plus dynamique, Donald Trump ne soit incité à durcir ses positions en matière commerciale.

Cela étant dit, et même s’il est trop tôt pour être définitif, l’impression laissée au terme de la semaine écoulée, par la rencontre, à Washington, entre le président américain et le président de la commission européenne, Jean-Claude Juncker, est indéniablement favorable. La menace de taxation des importations d’automobiles européennes aux Etats-Unis a été ajournée et l’engagement a été pris de mettre en place des négociations devant conduire à une réduction des barrières tarifaires et non tarifaires des deux côtés de l’Atlantique. Les marchés actions européens ont réagi très favorablement à cet espoir de désescalade. L’Euro Stoxx 50 progresse ainsi sur la semaine de +1.56% (quatrième semaine de progression consécutive). Le Dax, qui avait été pénalisé par la perspective d’une guerre commerciale, surperforme les marchés européens et progresse de +2.38%.

Les réactions en Europe et notamment en France, où l’on craint la mise en place de négociations globales comprenant potentiellement l’agriculture, ont été mitigées. Le chemin menant à la sortie de crise sera chaotique mais ce nouvel épisode confirme que la stratégie du président américain est bien de rechercher in fine, la négociation. D’ailleurs Donald Trump martèle comme un motto que sa stratégie finira par porter ses fruits et que « tout ira bien ».

La publication des enquêtes PMI en zone euro pour le mois de juillet a confirmé la stabilisation des perspectives de croissance. Le PMI composite de la zone euro ressort ainsi en légère baisse par rapport au mois de juin (54.3 contre 54.9), mais stable par rapport au mois de mai (54.1). Ce niveau est compatible avec une croissance annualisée de 2% sur le troisième trimestre.

Confortés par les perspectives de croissance de la zone euro et un début d’apaisement des tensions commerciales, nous modifions notre allocation tactique et repassons positifs sur les actions de la zone euro et les actions américaines. Le bon démarrage de la saison des résultats du second trimestre devrait permettre au marché de s’offrir une séquence positive, et ce d’autant plus, que le positionnement actuel des investisseurs est nettement sous-pondéré sur les actions. Nous restons néanmoins attentifs aux échanges récents sur le champs d'application des négociations Trump - Juncker et l'inclusion (position affichée Outre-Atlantique) ou non (réponse ferme de la Commission Européenne) du secteur agricole. La pression électorale pesant sur Donald Trump l'incitera certainement à continuer le jeu des déclarations populistes. Il faudra donc continuer à décrypter ce qui relève des déclarations électorales ou de la realpolitik.