Thumbnail
 

Nos actualités

Retrouvez l’actualité de Salamandre AM

Suivez notre actualité

Un entre-deux favorable aux marchés

Nous vivons actuellement un entre-deux économique qui, même s’il menace de basculer dans un sens ou dans l’autre, satisfait les investisseurs et fait baisser les taux d’intérêt en même temps qu’il fait monter les actions.

Cet entre-deux, qui consiste à considérer que la conjoncture n’est ni complètement rassurante ni complètement inquiétante, a conduit les banques centrales, dans un réflexe désormais devenu pavlovien, à mettre un terme à leur politique de normalisation monétaire et à annoncer le retour de la planche à billets. Ainsi, tant que la croissance ne flanche pas trop et que les banques centrales restent en soutien, les investisseurs resteront rassurés et les marchés pourront continuer à monter.

Cet entre-deux pourrait toutefois être menacé si la conjoncture devait continuer à ralentir, notamment eu égard au ralentissement actuel du secteur industriel. La publication d’enquêtes d’activité négatives aux Etats-Unis et en Chine est ainsi préoccupante. Le PMI Caixin/Markit Manufacturier pour juin est tombé à 49.4, son plus bas niveau depuis janvier, sous le seuil de 50 qui sépare un niveau d’expansion et de contraction de l’activité. Aux Etats-Unis également, les indicateurs d’activité dans le secteur manufacturier sont à la peine. Le PMI Markit pour juin est ainsi tombé à 50.1 à son plus bas niveau depuis 2009. La publication de l’ISM manufacturier aux Etats-Unis, aujourd’hui, sera dans ce contexte très suivie.

La bonne nouvelle qu’a constitué l’annonce de la reprise des discussions entre la Chine et les Etats-Unis ce week-end, lors du G20 d’Osaka, vient ce matin donner un nouveau coup de fouet aux marchés qui retrouvent ainsi leur plus haut de l’année (connu début mai).

Personne n’est naïf, et les soubresauts récents de la relation tumultueuse sino-américaine nous le rappellent. D’ailleurs, les commentaires des protagonistes, à l’issue de la rencontre, illustrent la fragilité de la trêve. Le gel des taxes sur 300 milliards de dollars d’importations supplémentaires aurait été accordé par Donald Trump en échange d’achats pour plusieurs dizaines de milliards de dollars de produits agricoles américains. Côté chinois, aucune mention n’a été faite d’un tel accord, la presse chinoise se faisant seulement l’écho « d’une reprise des consultations sur un pied d’égalité et de respect mutuel » selon Xinhua, l’agence de presse contrôlée par Pékin.

Pour autant, le principal est bien là pour les investisseurs à savoir éviter le risque d’un embrasement des tensions commerciales et maintenir l’espoir d’un accord global.