Thumbnail
 

Nos actualités

Retrouvez l’actualité de Salamandre AM

Suivez notre actualité

Une balade au bord du gouffre

L’incident du drone américain abattu aux limites de l’espace aérien iranien et les conséquences catastrophiques auxquelles le monde a de peu échappé doivent continuer à nous faire réfléchir sur le niveau d’incertitude politique à l’heure actuelle. Le développement du populisme affirmé ou sous-terrain (les partis traditionnels étant tentés de modifier leur stratégie dans ce sens) a pour conséquence de voir émerger des hommes politiques imprévisibles et soucieux de sortir des logiques traditionnelles de leurs prédécesseurs. Le monde a donc échappé, la semaine dernière, au début d’un conflit majeur quand Donald Trump, dans un éclair de lucidité, a décidé de faire revenir les avions partis bombarder des bases militaires iraniennes. Il n’en sera pas toujours ainsi, et le risque est élevé dans de nombreux dossiers, de voir les protagonistes se promenant tranquillement le long du gouffre, finalement y tomber par accident.

Ce risque est permanent et il est par nature difficile à probabiliser. Les investisseurs semblent en prendre leur parti et focaliser leur attention sur des facteurs de plus court terme comme la politique monétaire. Et, dans ce domaine, les choses évoluent vite et il est coupable de louper un épisode. Le 19 décembre dernier, la FED relevait son taux directeur d’un quart de point pour la quatrième fois de l’année et prévoyait de relever ses taux encore à deux reprises en 2019. Juste un mois après, en janvier 2019, la FED annonce suspendre sa politique de resserrement monétaire. Enfin, la semaine dernière, Jerome Powell, son président, ouvre la porte à des baisses de taux au second semestre. Sans être alarmantes, les dernières enquêtes d’activité montrent un risque de ralentissement significatif de l’économie américaine à venir par rapport au début de l’année. Ce ralentissement provient quasi-exclusivement du secteur manufacturier (PMI manufacturier à 50.1 en juin contre 54.9 en janvier, Empire Manufacturing à -8.6 en juin contre 3.9 en janvier) à l’instar de ce qui se passe en Europe et dans le monde (PMI manufacturier à 49.8 en mai contre 50.4 en avril).

Les conséquences des tensions commerciales sur l’industrie mondiale deviennent ainsi au fur et à mesure des mois plus visibles et la FED souhaite sans doute davantage prévenir que guérir.

Désormais rassurés que la pompe monétaire a été débridée, les investisseurs se sont donc rués vers les actifs financiers et au premier rang desquels les actifs obligataires afin de profiter des quelques obligations restantes offrant un portage positif. Ainsi, malgré tous les doutes que suscite la soutenabilité de la dette italienne, les taux à 10 ans de la botte ont accompagné le mouvement de baisse des taux et se négocient actuellement proche de 2%. Il est cependant à craindre, pour les actions notamment, que les inquiétudes au sujet de la croissance ne reviennent assez rapidement s’imposer aux investisseurs. L’espoir suscité par la rencontre entre Xi Jinping et Donald Trump à Osaka lors du G20 est réel, mais l’exemple récent nous a montré qu’il faudra davantage qu’une poignée de main pour trouver une solution à un différend dont les racines sont profondes et menacent d’être le fil conducteur des relations internationales au XXIème siècle.